Anime - Kill la Kill se présente en tant qu'héritier de Gurren Lagann

Rubrique détente du week-end, on va se permettre une brève incartade aux jeux vidéos pour prendre le temps de découvrir un anime japonais au gros potentiel. Kill la Kill est signé par le studio Trigger, formé par des anciens de Gainax.

Kill la Kill

Il n'est pas forcément aisé de faire le tri parmi le flot continu d'anime en provenance du Japon. On en a pour tous les goûts, de la comédie au drame, des méchas aux petites culottes pour une qualité très variable.

Gurren Lagann du studio Gainax avait marqué les esprits avec son esprit déjanté. Dans un registre totalement différent, c'est pourtant un successeur que l'on présente aujourd'hui avec Kill la Kill. Je laisse la parole à Adnae, un de nos membres tombé sous le charme de Matoi Ryûko :

Adnae

"KILL la KILL, série originale de 25 épisodes très attendue par les anime-fans pour cet automne, est la première grosse production du studio Trigger, formé par des anciens du studio Gainax, avec à leur tête Hiroyuki Imaishi, animateur de renom et réalisateur de Tengen Toppa Gurren Lagann, Panty and Stocking with Garterbelt ou encore Dead Leaves. Imaishi reprend donc sa place de réalisateur pour KILL la KILL, avec Nakashima (Gurren Lagann) au scénario et l'animateur Sushio au chara design. L'équipe a annoncé s'être inspirée de classiques des années 70/80 pour l'écriture du récit et la réalisation.

"Matoi Ryûko, étudiante errante à la recherche de la "femme au ciseau" qui a tué son père, arrive à l'académie Honnôji dirigée d'une main de fer par Kiryûin Satsuki, la présidente des élèves, et les 4 membres du conseil."

Vu le CV impressionnant des personnes aux commandes de la série, nous étions en droit d'en attendre énormément. Ne laissons pas durer le suspense plus longtemps, ce premier épisode était fantastique.

Les événements s'enchaînent logiquement et sans temps mort, le tout ne se permettant aucun passage superflu. Et c'est avec ce rythme effréné que nous suivons Ryûko dans sa quête, alternant serious business et tous les délires auxquels nous avait habitués l'équipe, agrémentés avec des références par dizaines (notamment clins d'oeil à des productions antérieures de chez Gainax, comme Gurren Lagann, Gunbuster, Hôno no Tenkôsei ou encore FLCL). On notera la performance magistrale des seiyû (comédiens) doublant les protagonistes et antagonistes couplée aux musiques de Hiroyuki Sawano (OST d'Attack on Titan, Gundam Unicorn, Blue Exorcist), qui donnent toute leur puissance aux personnages et aux confrontations.

Graphiquement, la série s'offre un chara design brut et expressif, qui change radicalement des designs habituels, ce qui peut en déranger certains. Cela dit, il est très efficace et en accord avec l'ambiance générale. Concernant la qualité de l'animation, elle est de très bonne la plupart du temps, même si on sent l'économie sur certains plans, aspect tout de même rattrapé par une direction technique utilisant habilement des Harmony Cels pour rendre les combats épiques et leur conférer un caractère "à l'ancienne", collant très bien à la série qui revendique clairement son côté old school.

Reste le scénario qui pourra sembler relativement classique au premier abord. Cela dit, il progresse à une telle vitesse qu'il ne faut pas croire que la série s'arrêtera là.

En bref, cet animé est à essayer absolument. Certains ne rentreront peut être pas dans les délire omniprésents, mais il serait dommage de passer à côté de la série la plus prometteuse de cette saison. Pour ceux qui auraient déjà vu et aimé les oeuvres de Hiroyuki Imaishi, il est difficilement envisageable que vous n'appréciez pas."

L'anime Kill la Kill est diffusé sur le site Wakanim.

Vous pouvez retrouver sur le forum du Cercle Taberna d'autres animes avec le filtrage adéquate. Le sujet des animes 2013 vous aiguillera tout particulièrement pour choisir vos animes.

Réactions (648)