Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Ligue 1 Orange, saison 07/08

Voilà le wiki des clubs de la ligue 1 pour avoir toutes les informations de base telles que noms des équipes, fanions, historique, palmarès et effectifs. Il se présente avec une ligne titre pour chaque club et une ligne soustitre pour chacune des rubriques. Une fois que celui-ci aura bien avancé, et que les qualifications auront été joué, on pourra faire la même chose avec la ligue des champions 2007/2008.

Pour tenir compte des transferts de l'été, je propose d'utiliser le gras pour les arrivées et les italiques pour les départs, ainsi que les parenthèses pour les clubs de provenance ou de destination. Exemple:

Lille:
Effectif:
Défenseurs:
...
Tavlaridis (Saint Etienne)
...

Saint Etienne:
Effectif:
Défenseurs:
...
Tavlaridis (Lille)
...

AJ Auxerre


Historique AJA


Palmarès AJA


Effectif AJA

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:


...




FC Girondins de Bordeaux


Maillot domicile:


Maillot Extérieur:


Historique


1. Les premiers pas (1881-1939)

Les Girondins de Bordeaux sont nés le 1er Octobre 1881, dans le quartier populaire des Capucins, sous le nom de Girondins Omnisports. On y pratiquait alors surtout des sports individuels, le football n'étant pas encore d'actualité.
Champion de France Amateurs en 1937 grâce à une victoire le 23 mai 1937 au Stade de Colombes face au FC Scionzier 2 buts à 1, les Girondins accèdent alors au statut professionnel[1]. Ils disputent leur premier match professionnel à Toulouse le 22 août 1937 (défaite 3 à 2) mais leur début à Bordeaux est victorieux face à Nîmes.


L'ère Bez:
Tout change avec l'arrivée à la présidence de Claude Bez en 1979. À coups de millions, celui-ci recrute une pléthore d'internationaux dont Lacombe, Sahnoun ou encore Gemmrich et fait de Bordeaux, sur le papier, un rival crédible de grands clubs comme Nantes, Saint-Étienne, ou Strasbourg qui sont alors les ténors du football français.

La saison 1979-80 manque de peu de tourner au désastre : après un début de saison catastrophique, les girondins sont alors relégables après treize journées sous la férule inefficace de l'entraîneur argentin Luis Carniglia, Claude Bez embauche pour une « pige » de neuf mois Raymond Goethals, auréolé de ses succès européens avec Anderlecht. Les Girondins redressent la barre et terminent sixièmes, tournant avec Goethals au même rythme que le champion Nantes.

Durant toutes les années 1980, les Girondins sont l'équipe-phare du football français sous la houlette d'Aimé Jacquet. Bernard Lacombe avait convaincu Claude Bez de l'engager dès l'été 1980. Les Marine et Blanc raflent trois titres, deux coupes de France et se qualifient chaque année pour les compétitions européenne. Une pléthore d'internationaux français et étrangers vient poser son sac à Lescure autour de l'emblématique Alain Giresse. On peut citer Dominique Dropsy, Bracci, Domenech, Thouvenel, Specht, Tusseau, Trésor, Battiston, Girard, Tigana, Touré ou encore les jumeaux Zlatko et Zoran Vujovic.[11]

Ainsi armés, les Girondins manquent de peu la consécration européenne par deux fois, échouant d'un souffle en demi-finale de la Coupe des Champions en 1985 face à la Juventus de Michel Platini. Les Girondins perdent alors 3 buts à 0 au Stadio Delle Alpi de la Juve et sont obligés de sortir le grand jeu pour la venue de l'équipe italienne. Müller puis Battiston marqueront pour les bordelais mais malgré le soutien des 42 000 spectateurs, record d'affluence pour le Parc Lescure, les italiens battent au final les girondins sur le score cumulé de 3 à 2.[1]

La seconde occasion raté arrive en demi-finale de la Coupe des Coupes en 1987 face au Lokomotive Leipzig. Les Girondins et le Lokomotive marquant chacun un but sur leur terrain doivent se départager au tirs au but. Zlatko sixième tireur bordelais ne se sentant pas le courage d'y aller envoi son frère, Zoran, qui manque son tir.[1]

Pendant ces années fastes, Bordeaux fournit aussi à l'équipe de France l'ossature des légendaires vainqueurs de l'Euro 1984 et demi-finalistes des Coupes du Monde 1982 et 1986.

Le 30 avril 1986, la finale de la Coupe de France oppose les Girondins à l'Olympique de Marseille. Les Girondins souhaitent vaincre la « malédiction » qui semble leur coller à la peau avec les cinq finales précédentes perdues et finalement c'est Giresse qui va donner à Bordeaux sa seconde Coupe de France par un lob sur Joseph-Antoine Bell.[4] Suite à cette victoire, Giresse et Lacombe vont parcourir le trajet Bordeaux-Lourdes à vélo pour tenir la promesse qu'ils avaient réalisé.

Rétrogradation:
L'usure du pouvoir se fait sentir à tous les échelons à la fin des années 1980. La force qui monte s'appelle alors l'Olympique de Marseille dirigée par Bernard Tapie, qui, grâce à ses moyens financiers, oppose à Claude Bez une irrésistible surenchère. Le départ pour Marseille de Giresse, Girondin de toujours, sonne comme un symbole cruel de ces temps nouveaux. Le club a beau faire valser les entraîneurs (quatre en deux saisons après le licenciement de Aimé Jacquet en 1989) et les joueurs à coups de dettes toujours plus importantes, la roue tourne inexorablement. Après une dernière saison à bout de souffle (dixièmes), la Fédération abat le couperet en 1991 : les Girondins sont rétrogradés d'office en deuxième division par la Direction Nationale de Contrôle de Gestion pour raisons financières.[12]

Renouveau:
La remontée est immédiate et les Girondins, appuyés par une série de partenaires solides (Alain Afflelou puis M6), se rétablissent rapidement à un bon niveau, retrouvant fréquemment l'Europe avec une très belle performance en 1995-96.

La saison commence tôt pour les Girondins avec la coupe Intertoto débutant le 1er juillet. Autant cette saison, les Girondins vont franchir tous les paliers un par un de l'Intertoto puis de la coupe UEFA pour finalement arriver en finale, autant au point de vue national, le bilan est moyen pour l'équipe entraînée en début de saison par Slavo Muslin, l'équipe finit 16e à quelques petits points du premier relégable. Un des moment fort de la saison se déroule le 19 mars lors du match retour contre le Milan AC. Les milanais s'étant imposés chez eux lors du match aller sur le score de 2 à 0, ils sont largement favoris pour la qualification en demi-finale. Mais les bordelais dirigés par Gernot Rohr et menés par Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu et Zinedine Zidane vont finalement renverser la vapeur pour gagner le match retour 3 à 0. Par la suite, ils battent également le Slavia Prague mais tombent lors de la finale contre le Bayern de Munich. Suite à cette défaite, les girondins finiront doucement la saison et de nombreux départs sont à déplorer lors de l'intersaison. Ainsi, parmi les joueurs ayant joué la finale de la coupe de l'UEFA, Lizarazu, Zidane, Dugarry, Huard, Dogon, Friis Hansen, Witschge, Lucas, Dutuel et Bancarel vont tous quitter le club et il ne reste alors que Tholot, Grenet et Croci comme base pour reconstruire les Girondins.

1999 est également un moment fort des années 1990 pour les Girondins. L'équipe qui débute la saison 1998-99 est dirigée par Élie Baup et va lutter toute la saison pour la première place avec l'Olympique de Marseille. Pour la dernière journée du championnat, les deux équipes sont à 69 et 68 points avec l'avantage pour les Girondins. L'OM se déplace à Nantes tandis que les bordelais doivent ramener la victoire du Parc des Princes de Paris. Alors que l'OM ouvre le score à la 38e minute par Robert Pirès[13], bordelais et parisiens sont à égalité 2 buts partout quand Baup fait rentrer Pascal Feindouno, qui va venir battre Bernard Lama à la 89e minute, offrant le premier titre en douze saisons aux girondins.[14],[15]

En 2002, les Girondins vont également ramener une nouvelle coupe depuis Paris au Château Bel Air du Haillan : la coupe de la Ligue qu'ils gagnent au Stade de France contre le FC Lorient sur le score de 3 buts à 0 dont le troisième de Pedro Pauleta, arrivé un an plus tôt, en retournée acrobatique sur un centre à l'aveugle de Christophe Dugarry. Pauleta a également marqué le premier tandis que le second but fut marqué par Camel Meriem.[16]
Entrée des joueurs lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2007.
Entrée des joueurs lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2007.

Après une phase de deux années difficiles, les Girondins renouent avec les victoires durant la saison 2005-06 en terminant deuxièmes de la Ligue 1 derrière l'ogre que représente l'Olympique lyonnais. Les bordelais retrouvent la Ligue des Champions (leur deuxième participation à la compétition-phare européenne depuis la saison 1999-2000) après deux ans d'absence en coupe d'Europe. Cette remontée surprise est due au changement d'entraîneur (Ricardo remplace Pavon) et au discret mais excellent recrutement d'intersaison pendant l'été 2005. Les dirigeants girondins se sont plongés dans les transferts : ils veulent garder tout l'effectif, ce qui paraît difficile... L'international français (et ex-Bordelais) Johan Micoud, en provenance du Werder de Brême est recruté. Mais la faiblesse financière de Bordeaux dans le football moderne, avec un budget qui avoisine seulement les 42 millions d'euros, limite les ambitions.

Après une saison 2006-07 mitigée en championnat et en Ligue des Champions, où elle n'a pu passer le premier tour, l'équipe des Girondins renoue avec le succès en remportant, la Coupe de la ligue pour la deuxième fois de son histoire contre l'Olympique lyonnais grâce à un but du défenseur Henrique sur un corner de Micoud à l'issue d'un match incipide. C'est le premier trophée de Bordeaux depuis 2002 et il leur permet d'assurer la qualification pour la Coupe UEFA pour la saison 2007-08.

Anecdotes:
* La tunique des Girondins est souvent appelée maillot au scapulaire, en référence à la forme en V du parement blanc qui orne leur maillot bleu marine.
* Signe de leur grande régularité au plus haut niveau, les Girondins sont, à ce jour, l'équipe française ayant disputé le plus de matches de Coupe d'Europe (148), avec quelques matches d'avance sur Monaco (129 avant le premier tour de la Coupe UEFA 2005-06) et plus encore sur les Marseille, Lyon, Saint-Étienne, ou Nantes auxquels l'on penserait plus facilement.
* La SASP gérant le club est détenue à 99,76% par M6 Foot, filiale à 100% de Métropole Télévision. Depuis 2003 M6 réduit les dépenses, axant sa politique sportive sur la formation.







L'équipe des Girondins de Bordeaux, finaliste malheureux de la Coupe UEFA en 1995/96.


Palmarès


Compétitions nationales:

Championnat de France D1
* 5 fois champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999.
* 8 fois vice-champion : 1952, 1965, 1966, 1969, 1983, 1988, 1990, 2006.
* 7 fois meilleure défense : 1950, 1963, 1966, 1985, 1987, 1993, 2006.
* 8 fois meilleure attaque : 1945, 1950, 1952, 1969, 1984, 1985, 1987, 1999.

Championnat de France D2
* 1 fois champion : 1992.
* 1 fois vice-Champion : 1949.

Coupe de France
* 3 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987.
* 6 fois finaliste : 1943, 1952, 1955, 1964, 1968, 1969.

Coupe de la Ligue
* 2 fois vainqueur : 2002, 2007.
* 2 fois finaliste : 1997, 1998.

Championnat de France Amateurs
* 2 fois champion : 1937, 1944.

Championnat DH Sud-Ouest
* 2 fois champion : 1930, 1937.

Championnat Aquitaine
* 2 fois champion : 1934, 1935.

Championnat de Gironde
* Meilleur classement : troisième en 1928.

Championnat de Bordeaux
* 1 fois champion : 1926.

Divers saisonnier : tournoi international de la Garonne (1989 - à Bordeaux)

Compétitions internationales:

Ligue des Champions C1
* Demi-finaliste : 1985.

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes C2
* Demi-finaliste : 1987.

Coupe UEFA C3
* Finaliste : 1996.

Coupe Intertoto
* Vainqueur : 1995[17].

Coupe Latine
* 1 fois finaliste : 1950.

Coupe des Alpes
* 1 fois vainqueur : 1980.
* 1 fois finaliste : 1972.



Effectif

  • Gardiens:
1 - Kevin Olimpa (10/03/1988) arrivé au club en 2005.
16 - Ulrich Ramé (19/09/1972) arrivé au club en 1997.
30 - Mathieu Valverde (14/05/1983) formé au club.
  • Défenseurs:
6 - Franck Jurietti (30/03/1975) arrivé au club en2003.
2 BAYSSE Paul
3 HENRIQUE Carlos
13 JEMMALI David
21 CHALME Mathieu
23 MARANGE Florian
27 PLANUS Marc
28 TREMOULINAS Benoît
23 Florian Marange
28 Benoît Trémoulinas
Romain Brégerie
  • Milieux:
5 MENEGAZZO Fernando
7 MICOUD Johan
8 ALONSO Alejandro
10 FRANCIA Juan Pablo
17 WENDEL
19 DUCASSE Pierre
Alou Diarra (Lyon)
15 Ted Lavie
18 Kévin Tunani
...
  • Attaquants:
12 PEREA Edixon
15 JUSSIE
26 OBERTAN Gabriel
29 CHAMAKH Marouane
9 CAVENAGHI Fernando
David Bellion (OGC Nice)
Henri Saivet

...
  • Entraîneur:
Laurent Blanc

Personnalités historiques du club :
* Zinédine Zidane est passé par les Girondins de Bordeaux avant de rejoindre la Juventus de Turin puis le Real Madrid.
* Bixente Lizarazu a lui aussi porté le maillot des Marine et Blanc. C'est à Bordeaux qu'il a connu Zidane.
* Christophe Dugarry a été formé puis a terminé sa carrière chez les Girondins.
* Pauleta a fait ses débuts en Ligue 1 à Bordeaux avant de rejoindre le PSG.



Stade: Jacques Chaban-Delmas (anciennement Stade Lescure)


Le Stade Jacques Chaban-Delmas est l'enceinte sportive de la ville de Bordeaux qui accueille principalement l'équipe de football des Girondins de Bordeaux. Le stade a changé de nom en 2001.

L'ancien « Parc Lescure » porte désormais le nom de l'homme politique Jacques Chaban-Delmas qui fut maire de Bordeaux de 1947 à 1995.

Il fut construit en 1935 pour accueillir la Coupe du monde de football de 1938. Ce fut le premier stade au monde à posséder des tribunes entièrement couvertes sans aucun pilier gênant la visibilité du public. Il contenait un vélodrome.

Le tunnel reliant les vestiaires des joueurs au terrain est le plus long d'Europe (prés de 1200 mètres).

Sa capacité d'accueil est aujourd'hui de 34 198 personnes. Cependant, il apparaît insuffisant pour les normes actuelles. Un autre stade est donc en projet.

1938 : Inauguration du parc Lescure le 12 Juin.
1985 : Le record d'affluence est battu le 24 Avril. 40211 spectateurs assistent au à la 1/2 finale retour de Coupe des Champions contre la Juventus Turin (2-0).
...


(ancien fanion...)

Stade Malherbe de Caen


Historique


Palmarès


Champion de France de Division 2 (1996)

Effectif

  • Gardiens:

THEBAUX Alexis (Dijon)
COSTIL Benoît
PLANTE Vincent

  • Défenseurs:

BOUCANSAUD Florian (Troyes)
THIAM Brahim
HENGBART Cédric
SVENSSON Karl (Glasgow Rangers)
N'DIAYE Oumar
ZUBAR Stéphane
TRAORE Mustapha
SEUBE Nicolas
SORBON Jérémy

  • Milieux:

GOMIS Rémi (Laval)
RAINEAU Alexandre
PROMENT Grégory
FLORENTIN Nicolas
LEMAITRE Reynald
NIVET Benjamin (Troyes)
ELUCHANS Juan Eduardo
QUELLIER Guillaume
DEROIN Anthony
LECA Grégory

  • Attaquants:

GOUFFRAN Yoan
JEMAA Issam (Lens - prêt)
TOUDIC Julien
COMPAN Lilian
MAZURE Sébastien
SAMSON Stéphane
GRANDIN Elliot

  • Entraîneur:

DUMAS Franck
PARIZON Patrick
GARANDE Patrice




Le Mans


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




RC Lens


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




Lille OSC


Historique


Palmarès

Champion de France : 1946 et 1954.
Coupe de France (5) : 1946, 1947, 1948, 1953 et 1955.

Effectif

  • Gardiens:
Tony Sylva
Grégory Malicki
Yohann Lacroix
  • Défenseurs:
TARAVEL Jérémy
EMERSON Da Conceicao
BERIA Franck
FRANQUART Peter
TAFFOREAU Grégory
RAMI Adil
PLESTAN Nicolas
LICHTSTEINER Stephan
  • Milieux:
BENZERGA Omar
HAZARD Eden

DEBUCHY Mathieu
CABAYE Yohan
BASTOS Michel
OBRANIAK Ludovic
MAKOUN Jean II
CHEDJOU Aurélien
ROBAIL Samuel
DUMONT Stéphane
EWANE Elong Henri
  • Attaquants:
YANES Luis Alfredo Padilla
YOULA Souleymane
MAKIESE Cris
FAUVERGUE Nicolas
ODEMWINGIE Peter
MIRALLAS Kevin
  • Entraîneur:

PUEL Claude




FC Lorient


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...



Olympique Lyonnais


Historique


Racines et origines

Le football n’a pas attendu l’OL pour s’installer dans la capitale des Gaules. En fait notre ville s’est longtemps faite désirer, et le football lyonnais a du patienter de longues années avant de s'édifier en club professionnel. L’OL n’aura de cesse de rattraper ce retard… heureusement avec succès. Pendant toute la première moitié du siècle, le football va balbutier à Lyon. L’abnégation de quelques amoureux de ce sport permettra le l’ériger au rang de premier sport de la ville.

Au début du 19ème siècle, les bourgeoisies parisienne et lyonnaise se tournent vers l’olympisme et le rugby. C’est l’exemple de l’Angleterre qui se reproduit chez nous. Outre-manche, le ballon ovale à la faveur des élites qui délaissent le football pour les classes ouvrières. En France, on assiste à la même évolution mais à un degré moindre. Moins industrialisées et moins urbanisées, les catégories ouvrières ne jouent pas le rôle que leurs homologues anglo-saxonnes ont tenu dans le développement du football. Lyon n’échappe pas à la règle. Le LOU est fondé en 1896 et met en avant l’athlétisme et surtout le rugby. Le LOU remporte le championnat de France de rugby en 1932 et réalise le doublé coupe-championnat en 1933, devenant ainsi le phare et la fierté du sport lyonnais des années 30. Il est donc aisé d’imaginer les difficultés pour le football de s’imposer dans ce contexte ! Pourtant, le football existe à Lyon, et les tentatives d’y installer un grand club ne manque pas.

Au début du siècle, on trouve donc 4 clubs de football qui cohabitent à Lyon : Le FC Lyon, l’AS Lyonnaise, le CS Terreaux et la section football du LOU. En 1917, les 4 clubs s’engagent en Coupe de France, pour la première édition de cette jeune demoiselle. Le FC Lyon et l’AS Lyonnaise se rencontrent même dès le deuxième tour. Des quatre, c’est le FC Lyon de Roger Ebrard qui tire son épingle du jeu et qui accède donc à la première finale de coupe de France. Malgré la défaite, l’épisode reste dans les mémoires pour le magnifique fair-play de Roger Ebrard, le capitaine lyonnais (il insista pour que le gardien de l’Olympique de Pantin, exclu, ré-intègre son équipe). Le FC Lyon perd la coupe mais gagne le titre de meilleur club lyonnais. Dans les années 30, quand sonne l’heure du professionnalisme, c’est le FCL qui obtient les statuts et une place en deuxième division.

Jean Mazier, le fondateur et président du FC Lyon est le grand artisan de cette mue. Mais le projet, précaire, échoue sur le plan sportif. Manque de soutien et orphelin d’une réelle volonté politique, Jean Mazier est de plus en plus isolé. Pourtant il ne renonce pas. Il quitte le FCL et reprend l’AS Villeurbanne. Celle-ci succède au FC Lyon en D2 et accueille de nombreux joueurs lyonnais. Mais les mêmes causes entraînent les mêmes effets. L’échec sportif se répète. Mazier Fait une dernière tentative en fusionnant l’AS Villeurbanne avec le Lyon Olympique (Section foot du LOU) pour faire en 1936, le Lyon Olympique Villeurbanne. Ce projet échouera comme les autres. La plupart des joueurs du LOV, qui disparaît quelques mois après sa création, migrent vers la section foot du LOU et retrouve le stade des Iris. Le ballon rond continue de se chercher à Lyon. Durant l’occupation, les joueurs du LOU doivent cohabiter avec ceux de Saint-Etienne dans l’équipe du Lyonnais. Devant les protestations, les autorités font marche arrière et dès la saison 44-45, on retrouve les clubs pro. Lors de cette saison, le LOU remporte le championnat de France (groupe sud), mais il ne sait profiter de cet élan et retrouve la seconde division et les peines financières en 1946, malgré les efforts de son président Félix Louot. Boudé par la municipalité, ignoré par le grand public et chahuté par les adeptes du rugby, le football lyonnais vit de tristes heures à l’orée des années 50…


La naissance de l'OL.
Le 26 mai 1950: un nom.
Le 26 mai 1950, dans un petit encadré des pages sports du Progrès de Lyon, on pouvait lire:


Progrès de Lyon du 26 mai 1950.
Ce fut donc un petit bout de journal qui lança la grande histoire de notre Olympique Lyonnais. Le LOU ne voulait plus entendre parler du football professionnel. "Ce sport de manchots" selon les propres dires de ses dirigeants, qui, vous l'aurez compris, préféraient allègrement le monde de l'ovale.
Un petit groupe d'amoureux du football, qui ne voulaient pas croire que Lyon serait à jamais fâché avec le ballon rond, ont forcé la main de l'histoire. MM. Blum, Carrel, Chavanne, Daurensan, Forest, Groslevin, Louot, Marceau, Tournier, Sochay et les docteurs Maries, Rochet et Trillat sauvaient le football lyonnais et créaient notre cher OL.
Parmi ces hommes, le professeur Trillat a joué un rôle déterminant. C'est à lui que revient la paternité du nom; Olympique Lyonnais, comme le Lyon Olympique, l'ancêtre de notre club créé en 1933 par Jean Mazier. Il est aussi à l'origine du rouge et bleu comme couleurs du club, celle de la ville de Lyon , choisies pour faire plaisir à un Edouard Herriot peu enclin aux choses du ballon rond. Le vieux maire radical refusait de favoriser le développement du football professionnel à Lyon.
L'Olympique Lyonnais récupéra les joueurs, l'entraîneur, Oscar Heisserer, et la place en deuxième division de l'ex-section foot du LOU. Armand Groslevin devenait le premier président de l'OL.

Le 3 août 1950: des couleurs.
Le 3 août 1950, notre club vit le jour officiellement, sous le nom d'Olympique de Lyon et du Rhône. La légende olympienne veut que le blanc de nos maillots ait été choisie du fait de notre premier adversaire (amical) après la création officielle du club. Le 5 août 1950, l'OL rencontra, sur un terrain des Buers, l'olympique Lillois qui jouait... en blanc! Ce qui sera le LOSC devint ainsi le parrain de fait de notre cher OL qui, par respect adoptait les couleurs du club nordiste.

Le 27 août 1950: un match.
Le premier match officiel de l'Histoire de l'OL se déroule le 27 août 1950 à Gerland, dans la cadre de la première journée du championnat de France D2, contre le CA Paris et ce, devant 3000 personnes. Les lyonnais s'imposent 3-0 avec deux buts de Dupraz et un de Calligaris!
Des matchs amicaux avaient déjà eu lieu avant le 5 août, comme ce OL-ASSE organisé en juillet 1950 à Gerland pour fêter le passage du Tour de France. Les lyonnais s'étaient imposés 2-0. (Calligaris et Stekiw)...

L'OL est créée en 1950. Mais plus qu'une création c'est une indépendance que le football lyonnais a gagné. Les filiations avec le LOU et le FC Lyon sont évidentes. Cette naissance est le fruit de 50 ans d'abnégation d'amoureux du football et de leur ville: Félix Louot, Armand Groslevin, Albert Trillat... mais aussi et surtout Jean Mazier! Car l'Olympique Lyonnais est en fait le club qu'il a voulu bâtir, en cela c'est aussi un peu le sien.

Le club reprend tout du LOU: Les structures, les joueurs et le staff. Alors qu'est-ce qui différencie vraiment l'OL de ses ancêtres? Qu'est-ce qui fait son identité? L'OL décide de s'installer à Gerland, c'est déjà un bon début de réponse....


sources : merci à Phanou Herko du forum olweb, retrouvez la suite de l'historique, rubrique du forum "Notre Histoire".

Palmarès


Championnat de France L1
Vainqueur en : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007
Vice Champion en : 1995, 2001
Troisième en : 1974, 1975, 1999, 2000

Trophée des Champions
Vainqueur en : 1973, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007

Coupe de la Ligue
Vainqueur en : 2001
Finaliste en : 1996, 2007

Coupe de France
Vainqueur en : 1964, 1967, 1973
Finaliste en : 1963, 1971, 1976
Demi-finaliste en : 1956, 1998
Quart de finaliste en : 1959, 1974, 2000, 2001, 2006

Championnat de France L2
Vainqueur en : 1951, 1954, 1989

Coupes d'Europe
Quarts en : 2004, 2005, 2006 (C1)
Demi-finale en 1964 (C2)
Quarts en : 1967, 1999 (C3)


Effectif

  • Gardiens:
COUPET Grégory
HARTOCK Joan
RIOU Rémy (AJ. Auxerre)
VERCOUTRE Rémy
  • Défenseurs:
ABIDAL Eric (Barcelone)
ANDERSON Cleber (Benfica)
BELHADJ Nadir (Sedan)
BENHAMIDA Mourad (Montpellier)
BERTHOD Jérémy (Monaco)
CACAPA Claudio (Fin de contrat)
CLERC François
CRIS
GROSSO Fabio (Inter)
MULLER Patrick
REVEILLERE Anthony
SQUILLACI Sébastien
  • Milieux:
BEYNIE Romain
BODMER Mathieu (Lille)
DIARRA Alou
DOS SANTOS Fabio
IDANGAR Sylvain
JUNINHO
KALLSTROM Kim
MALOUDA Florent (Chelsea)
TOULALAN Jérémy
TIAGO (Juventus)
  • Attaquants:
BAROS Milan
BEN ARFA Hatem
BENZEMA Karim
BETTIOL Grégory (Troyes)
FRED
GOVOU Sidney
KEITA Kader (Lille)
REMY Loïc
WILTORD Sylvain
  • Entraîneur:
PERRIN Alain (Sochaux)



Olympique de Marseille


Historique


L'Olympique de Marseille :

Le 3 février 1895. Ils sont quelques centaines à s'agglutiner autour du terrain. Le Sporting Club Marseille affronte les marins du "Caledonia", streamer anglais de la Peninsular Oriental. Un simple match amical, en apparence, mais pour beaucoup la véritable naissance de l'ancêtre du football dans la cité phocéenne. Il n'est pas encore question de l'Olympique de Marseille, et l'on parle même de "football-rugby". N'empêche, les Marseillais l'emportent très largement sur les marins anglais et le vieux Port semble enfin conquis par ce sport importé pourtant depuis 1878 (9000 marins britanniques font escale chaque année à Marseille à l'époque). Le "football-association", qui se rapproche plus du football que du rugby, mettra un peu plus de temps à s'imposer.

L’Olympique de Marseille est créé en août 1899 par des jeunes de la bourgeoisie marseillaise de retour de Grande-Bretagne où le football est alors en pleine expansion. Le club est en fait issu de la fusion du Football club de Marseille et du club d'escrime "l'Épée". René Dufaure de Montmirail est le président fondateur du club. A l’époque, Le Sporting club de Marseille et le Phocée club étaient les deux autres clubs de football de Marseille. Les joueurs de l’OM portaient un maillot blanc ainsi qu’un short rayé mauve et noir mais le maillot portait déjà un écusson sur lequel il y avait inscrit la célèbre devise :
« Droit au but », ce qui inspirera le club durant toute son histoire au niveau d'un style de jeu qui se caractérisera par un certain panache, le gout de l'offensive et un jeu assez direct.

En 1904, l'OM remporte son premier championnat du littoral (concernant les clubs de Marseille et sa banlieue) et participe aux phases finales du onzième championnat de France. À cette époque, le terme Association est le plus souvent employé tandis que le mot football désignait principalement le rugby, notamment en province.

C'est à partir des années 1920 que l'Olympique de Marseille se fait une renommée sur le plan national en remportant à trois reprises la Coupe de France en 1924, 1926 et 1927 devenant ainsi le premier club de province à s'adjuger ce trophée et en 1929 remporte le championnat de France amateurs contre le Club Français.


Le Stade Vélodrome :

La première pierre du stade est posée en 1933, mais le projet très onéreux va connaître des retards dans sa construction, ce n'est finalement que l'organisation de la coupe du monde en 1938 qui permettra l'aboutissement du projet(quelques noms à retenir; Gabriel Vallerian, premier directeur du Stade Vélodrome de son inauguration jusqu'à sa mort et les deux architectes, Pollack et Ploquin). Les travaux sont donc repris en avril 1935, pour une capacité de 35000 places dont 12000 couvertes et l'inauguration du stade n'a lieu que le 13 juin 1937, avec un OM-Torino (2-1). De l' avis de tous, le stade est une vrai réussite et qualifié par la presse comme "le plus beau de France". Son innovante architecture de béton permet une excellente visibilité depuis les tribunes. Comme prévu, Marseille accueille l'année suivante la Coupe du Monde 1938 qui sera remportée par l'Italie, avec notamment un grand Italie-Brésil au Vélodrome en demi-finale.

C'est dès 1970 que les premières transformations du Vélodrome apparaissent, avec le remplacement des projecteurs par quatre pylônes de 60 mètres de haut pour l'éclairage, l' augmentation de 6 000 places assises la capacité du stade à 55 000 places

Le Vélodrome connaît également des moments de folie lors du championnat d'Europe des nations 1984. La demi-finale qui verra s'affronter la France et le Portugal avec le but de la victoire de Michel Platini étant inscrit à la 119e minute.

En 1995, le succès de la france pour l'organisation de la coupe du Monde 1998 pousse à de nouveaux travaux, qui verront successivement la destruction de chacune des tribunes.

Officiellement inauguré le 8 avril 1998, pour le match OM-PSG (record d'affluence pour un match de D1 avec 57 000 personnes), le stade Vélodrome compte 60 000 places . Cette capacité fait de lui le deuxième plus grand stade de France, juste derrière le Stade de France et le plus grand stade d'une équipe française de Ligue 1.


Fiche Club :

Olympique de Marseille
Président : Pape Diouf
Entraîneur : Albert Emon
Fondé en 1899 (par René Dufaure de Montmirail)
Stade : Vélodrome, 3, boulevard Michelet 13008 Marseille (60 000 places, dont les quatre tribunes porte le nom de: l’athlète Jean Bouin, le cycliste Gustave Ganay, le boxeur Raymond Grassi (virage Nord) et l’échevin Nicolas Roze dit le Chevalier Roze (virage Sud). La tribune du virage Nord a été rebaptisée sous l'impulsion des supporters tribune Patrice de Peretti, en hommage à ce supporter hors du commun.
Couleurs : Bleu et Blanc
Site officiel : OM
Coordonnées : Olympique de Marseille 25, Rue Négresko, B.P. 124, 13267 MARSEILLE Cedex 08 Tél. : 04-91-76-56-09 Fax : 04-91-76-07-77.

Palmarès

  • Coupe d'Europe :
- 8 particpations en Ligue des Champions.

- Vainqueur de la Ligue des Champions 1993.
- Finaliste de la Coupe des Clubs Champions 1991.

- 10 participations en Coupe de L'UEFA.
- Finaliste de la Coupe UEFA 1999 et 2004.

- 3 particpations en Coupe des Coupes.
  • Championnat de France : 9 titres de Champion de France de Ligue 1
Vainqueur en 1929, 1937, 1948, 1971, 1972, 1989, 1990, 1991, 1992 (le titre de 1993 a été retiré suite à VA-OM).
Vice-Champion en 1933, 1938, 1939, 1970, 1975, 1987, 1994, 1999, 2007.
  • Coupe de France : 10 victoires en 18 finales.
Vainqueur en 1924, 1926, 1927, 1935, 1938, 1943, 1969, 1972, 1976, 1989.
Finaliste en 1934, 1940, 1954, 1986, 1987, 1991, 2006, 2007.
  • Divers :
- Coupe Intertoto : 2005 et 2006.
- Champion de France D2 : 1984 et 1995.
- Coupe Charles Drago : 1957.
- Champion DH Sud-Est : 1927, 1929, 1930, 1931.
- Champion USFSA Littoral : 1904, 1905, 1906, 1907, 1908, 1919.
- Champion de France des réserves : 2002.


Effectif

  • Gardiens :

Carrasso Cédric (1)
Mandanda Steve (35) (Le Havre AC)
Hamel Sébastien (16)
Sennaoui Mehdi
Maté Sébastien
  • Défenseurs :

Beye Habib (23)(capitaine)
Givet Gaël (AS Monaco)
Rodriguez Julien (4)
Taiwo Taye (3)
Faty Jacques (Rennes)
Zubar Ronald (15)
Bonnart Laurent (Le Mans)
Civelli Renato
Cesar Boštjan
Camara Hassoun
N'Diaye Leyti

Cantareil Alain (FC Lorient)
  • Milieux :

Cana Lorik (19)
Cheyrou Benoît (AJ Auxerre)
Nasri Samir (22)
Ziani Karim (6)(FC Sochaux)
Zenden Boudewijn (10)(Liverpool FC)
Oruma Wilson (8)
Valbuena Mathieu (28)
M'Bami Modeste (17)
Gragnic Vincent (Libourne/Saint-Seurin)

Ribéry Franck (Bayern Munich)
Olembé Salomon (fin de contrat)
  • Attaquants :

Cissé Djibril (9)(Liverpool FC)
Niang mamadou (11)
Ayew André
Arrache Salim
N'diaye Mamadou
Fiorèse Fabrice

Bamogo Habib ( prété à Nice avec option d'achat)
Pagis Mickael (Rennes)
Maoulida Taoufilou (AJ Auxerre)
Gimenez Christian (Hertha Berlin)
Luyindula Péguy (PSG)
Barry Rahmane (FC Lorient)
  • Entraîneur :

Albert Emon

Entraineur adjoint : Dominique Cuperly
Préparateur physique : Georges Gacon
Médecin : Joël Coste
Entraîneur des gardiens : Laurent Spinosi
Resp. Cellule de Recrutement : Jean-Philippe Durand



FC Metz


Historique


La naissance du FC Metz remonte à 1932, et a été déterminée par la rivalité de deux clubs amateurs aussi dissemblables qu'antagonistes : le CAM (Cercle Athlétique Messin), club de l'élite messine aux gros moyens financiers, et l'ASM (Association Sportive Messine) club plus modeste, d'ouvriers et d'employés.
Le CAM rejoint le championnat professionnel en avril 1932 et prend la dénomination de Football Club de Metz

Palmarès


1984 : Vainqueur de la Coupe de France (finale contre Monaco : 2-0 après prolongation).
1986 : Vainqueur de la Coupe de la Ligue (finale contre Cannes : 2-1).
1988 : Vainqueur de la Coupe de France (finale contre Sochaux : 1-1 après prolongation, 5-4 aux tirs-aux-buts).
1996 : Vainqueur de la Coupe de la Ligue (finale contre Lyon : 0-0 après prolongation, 5-4 aux tirs-aux-buts).
- Champion de France de deuxième division en 1935.
- Vainqueur de la Coupe Gambardella* en 1981 et 2001.
- Champion de France de National 2** en 1997.
- Champion de France des moins de 18 ans en 2001.
- Champion de France de Ligue 2 en 2007.

Effectif

  • Gardiens:

    N° 1 MARICHEZ Christophe
    N° 30 MAYEBI Joslain
    N° 40 SISSOKO Oumar
    TRIVINO Richard
  • Défenseurs:

    ANTON Cédric
    N° 17 BASSONG Sébastien
    BONG Gaétan
    N° 3 CORRALES Manuel
    N° 29 DELGADO Luis
    N° 4 DELHOMMEAU Pascal
    N° 21 DIOP Pape Malik
    N° 32 GUEYE Cheikh
    N° 22 LEONI Stéphane
    VIVIAN Matheus
  • Milieux:

    N° 10 AGOUAZI Laurent
    BARBOSA Cédric
    BELSON Flavien
    BESSAT Vincent
    N° 6 CARDY Julien
    N° 20 DIAKITÉ Mamadou
    N° 23 DJIBA Dino
    N° 5 FRANCOIS Julien
    N° 14 GYGAX Daniel
    N° 26 RENOUARD Sébastien
    N° 7 THOMAS Milan
  • Attaquants:

    N° 9 AGUIRRE Wilmer
    BALDÉ Abdoulaye
    N° 18 CISSÉ Papiss
    N° 31 FARINA Nicolas
    N° 11 GUEYE Babacar
    MENDY Victor
    N° 25 N'DIAYE Momar
  • Entraîneur:

Francis DE TADDEO


AS Monaco


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




AS Nancy Lorraine


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




OGC Nice


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




Paris Saint-Germain F.C.


Historique du PSG


La création du Paris Saint-Germain FC remonte au 12 août 1970 (Journal Officiel du 27 août 1970). Grâce à l'appui de 20 000 souscripteurs désireux de voir renaître un grand club à Paris, un groupe de personnalités parisiennes, dont Guy Crescent, PDG de Calberson, et Pierre-Etienne Guyot, Vice-Président du Racing-club de France, convainc les dirigeants du Stade Sangermanois de s'associer à son projet.

L'équipe première de Saint-Germain-En-Laye, qui vient de conquérir sa place en Nationale (ex-Deuxième Division) permet au tout récent PSG de faire ses armes à ce niveau en 1970/71. Le succès est total, le PSG remporte le championnat «National» et fête son premier anniversaire en D1.

1971/72 se solde alors par une honorable 16e place. Cette saison marquera la rupture, le 16 mai 1972, entre Parisiens et Sangermanois. La section professionnelle rejoint le CA Montreuil et poursuit sa route en D1 sous le nom de Paris FC, tandis que le PSG prend le statut amateur et dégringole en D3.

1972/73. Le PSG termine deuxième de son groupe et profite du désistement de Quevilly, classé premier, pour accéder à la D2.

1973/74. Henri Patrelle, à la recherche de financements, cède la présidence à Daniel Hechter. Le club obtient le statut professionnel. Il se classe deuxième de son groupe et conquiert le droit de disputer une place en D1 en matches de barrages face à Valenciennes. Battu 2-1 à l'aller, le PSG l'emporte 4-2 au Parc des Princes le 4 juin 1974 et prend pied en D1, l'année même où -ironie du sort- le Paris FC descend en D2.

Depuis lors, le PSG a toujours évolué en D1 et en est le doyen depuis la descente du FC Nantes Atlantique en Ligue 2.

Palmarès du PSG


Champion de France de D1 : 1986, 1994
Vainqueur de la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe : 1996
Vainqueur de la Coupe de France : 1982, 1983, 1993, 1995, 1998, 2004, 2006
Vainqueur de la Coupe de la Ligue : 1995, 1998
Vainqueur du Trophée des Champions : 1995, 1998
Vainqueur de la Coupe Intertoto : 2002
Vainqueur de la Coupe Gambardella : 1991
Champion de France -18 ans : 2006


Effectif du PSG

  • Gardiens :
Jérôme Alonzo
Mickaël Landreau
Apoula Edima Bete Edel (Rapid Bucarest)
Nicolas Cousin (fin de contrat)

  • Défenseurs :
Sylvain Armand
Bernard Mendy
Jean-Yves Mvoto
Mamadou Sakho
Mario Yepes
Grégory Bourillon (Stade Rennais F.C.)
Zoumana Camara (A.S. Saint-Étienne)
Cearà (S.C. Internacional)
Boukary Dramé (F.C. Sochaux-Montbéliard)
Larrys Mabiala (Plymouth, prêt)
David Rozenhal (Newcastle United)
Sammy Traoré (A.J. Auxerre)


  • Milieux :
Clément Chantôme
Jérémy Clément
Marcelo Gallardo
Granddi Ngoyi
Jérôme Rothen
Younousse Sankharé
Didier Digard (Le Havre AC)
Albert Baning (CS Sedan Ardennes, prêt)
Edouard Cissé (Besiktas Istanbul)
Rudy Haddad (Maccabi Tel-Aviv)
Youssuf Mulumbu (Amiens, prêt)
David Hellebuyck (OGC Nice)
Samuel Piètre (fin de contrat)
Cristian Rodriguez (libre)

  • Attaquants :
Loris Arnaud
Amara Diané
Pierre-Alain Frau
David N'Gog
Pedro Miguel Pauleta
Pegguy Luyindula (Olympique de Marseille)
Carlos Bueno (libre)
Franck Djadjedje (Grenoble Foot 38)
Bonaventure Kalou (R.C. Lens)
Fabrice Pancrate (F.C. Sochaux-Montbéliard, prêt)

  • Entraîneur :
Paul Le Guen
  • Président :
Alain Cayzac




Stade Rennais


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




AS Saint Etienne


Historique


Palmarès


Effectif


[
  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




FC Sochaux Montbéliard


Historique


Palmarès


Effectif

  • Gardiens:

...
  • Défenseurs:

...
  • Milieux:

...
  • Attaquants:

...
  • Entraîneur:

...




RC Strasbourg


Historique


Le FC Neudorf est créé en 1906, dans ce qui est alors l’Allemagne, il est renommé Racing Club de Strasbourg après la guerre. Il faut attendre le milieu des années 30 pour que le club longtemps amateur accède à la D1, qu’il quitte de 1948 à 1951 pour la D2, et c’est cette même année que le RCS gagne la coupe de France.
Jusqu’au milieu des années 60 le club continuera à flotter entre deux divisions, sans vraiment briller, il faut attendre 1966 pour une nouvelle victoire en coupe de France avant de retomber en D2. Les Strasbourgeois ne parviendront pas à gagner le Championnat avant 1978, le club est alors considéré comme l’un des meilleurs de France, ce qui ne va pas durer : le club retrouve la D2 en 1986 pour cinq saisons. Ils retrouveront leur niveau en 1992, gagneront la coupe de la Ligue en 1997 sous la direction de Duguépéroux.
Puis, en continuant de gagner des Coupes (France, de la Ligue, ..) le Racing continue son parcours en dent de scie, passant de la L1 à la L2 à plusieurs reprises jusqu’à leur dernière remontée, suite à une brillante saison 2006 / 2007, en L1.


Palmarès


Coupe de France : 1951, 1966, 2001

Coupe de la Ligue : 1997, 2005

Championnat de France :
D1 : 1979
D2 : 1977, 1988


Effectif

  • Gardiens:

Stéphane Cassard
Régis Gurtner
Nicolas Puydebois
  • Défenseurs:

Ahmed "Abou" Moslem
Habib Bellaid
Manuel Dos Santos
Eugène Ekobo
Ahmed Kantari
Grégory Paisley
Yann Schneider
Jeff Strasser
Stéphane Tritz
Jean-Christophe Vergerolle
Anthony Weber
  • Milieux:

Yacine Abdessadki
Mamadou Bah
Pascal Camadini
Renaud Cohade
James Fanchone
Emil Gargorov
Romain Gasmi
Pascal Johansen
Guillaume Lacour
Edgar Gnoléba Loué
Quentin Othon
Rodrigo
Morgan Schneiderlin
  • Attaquants:

Kevin Gameiro
Haikal Gmamdia
Ali Mathlouthi
Eric Mouloungui
Wason Rentaria
Simon Zenke
  • Entraîneur:

Jean-Marc Furlan


Toulouse FC


Historique


C'est le 20 mars 1937 que fut crée dans le pays du rugby(Stade Toulousain 16 fois Champion de France et 3 Coupe d'Europe) le Toulouse Football Club. Très vite le TFC prit ses marques dans le football Français. Admit en juillet 1937 en deuxième division, le club connu une rapide progression. Sous l’occupation, le TFC, renforcé par de nombreux professionnels souvent réfugiés, fut sacré champion de France en 1943. Vainqueur de la Coupe de France en 1957 lors de la finale la plus prolifique de l’histoire de la compétition (victoire 6-3 face au SCO d’Angers à Colombes), le club s’enfonca progressivement dans l’anonymat et dans les problèmes financiers pour purement et simplement disparaître en 1966. Le club en entier (staff, joueurs, dirigeants) déménage alors à Saint-Ouen pour offrir au Red Star une place en D1.

Reconstitué à la fin des années 70, le TFC connaîtra des heures brillantes au milieu des années 80. Emmené par des joueurs brillants tels que Passi, Stopyra et les Argentins Marcico et Tarantini, Toulouse connu son heure de gloire en éliminant le Napoli de Maradona en Coupe UEFA. Exploit hélas sans lendemain puisque le club connu progressivement un déclin qui l’emmènera jusqu'en Nationnal suite à une tumultueuse rétrogradation administrative. Menacé de disparition en 2001, Le TCF parvint a retrouver l’élite en deux saisons. Troisième lors de la saison 2006-2007, le téfécé jouera le tour préliminaire de la Ligue des Champions la saison prochaine.
Allez le tef, allez le téfécé.


Fiche club :

Toulouse Football Club
Date de création : 1937
Stade: Stadium Municipal (capacité: 38650)
Adresse : 1, allée Gabriel Biénès BP 4023 31028 Toulouse Cédex 4
Téléphone : 3940
Fax : 05 61 53 55 67
Web : TFC
President : Olivier SADRAN
Entraîneur : BAUP Elie
Tenue : Maillot et short rayés violet et blanc, bas blanc
Tenue de rechange : Maillot rose, short noir et bas rose


Palmarès


Vice-Champion de France de Ligue 1 : 1955, 1976.

Championnat de France D2 : 1953, 1982, 2003.

Coupe de France : 1957.


Effectif

  • Gardiens :
Rudy Riou (1)(Istres)
Nicolas Douchez (16)
  • Défenseurs :
Mohamed Fofana (2)
Daniel Congre (3)
Dominique Arribage (4)
Jérémy Mathieu (5)
Jon Jönsson (6)(Elfsborg)
Herita Ilunga (12)(Saint-Etienne)
Albin Ebondo (13)
Cheikh M'Bengue (39)
Lucien Aubey (Lens)
  • Milieux :
Laurent Batlles (8)
Pantxi Sirieix (14)
Paulo Cesar (15)
Fabinho (17)
Nabil Taïder (19)
Achille Emana (20)
Moussa Sissoko (22)
Kevin Constant (23)
Nicolas Dieuze (25)
  • Attaquants :
Fodé Mansare (7)
Johan Elmander (9)
Bryan Bergougnoux (10)
Francileudo Santos (11)
Kévin Dupuis (18)
Andre Pierre Gignac (21)(Lorient)
Pavel Fort (26)
Jean-Louis Akpa Akpro (27)
  • Entraîneur :

Baup Elie

Entraineur adjoint : Casanova Alain
Adjoint responsable video : Menard Jean-Charles
Préparateur physique : Valour Denis
Médecin : Eric Lancelle
Médecin: Gau Roland
Kinésithérapeute : Hennart Benoît
Kinésithérapeute : Etienne Marc
Kinésithérapeute : Bourrel Sébastien
Intendant : Teulieres Jacqui
Pédicure : Teulieres Corinne


Valenciennes FC


Historique


Fondée en 1913, l’Union Sportive Valenciennes Anzin adhère, 20 ans plus tard, au professionnalisme et termine 7ème de l’édition 1933-1934 du championnat de deuxième division. Dès l’année suivante, l’USVA, second derrière le FC Metz, accède en première division pour la première fois de sa courte histoire.

La belle époque
C’est l’époque du tandem DOMERGUE-DESMENEZ pendant laquelle VA va vivre ses années les plus fastes : 14ème en 1956-1957, 15ème en 1957-1958, 13ème en 1958-1959 et 8ème en 1959-1960. Le 13 mars 1955 reste également dans l’histoire avec le record d’affluence toujours inégalé à Nungesser : 21.268 spectateurs (pour une recette de 5.562.575 anciens francs) ont en effet assisté ce jour là à la victoire de VA 3 à 0 face à Sedan, leader invaincu de la division.

En 1961, VA, 19ème de son championnat, est relégué mais retrouve la première division la saison suivante. Sous l’impulsion des BONNEL , PIUMI, MASNAGHETTI, PROVELLI, KOCIK , SAUVAGE, MAGIERA, CHIARELLI et VAN RHIJN, VA accumule les places d’honneur (9ème en 1962-1963, 6ème en 1963-1964 et 3ème en 1964-1965 et 1965-1966) et se forge aux quatre coins du pays l’image d’une équipe vaillante et combattive.

VA fait l'ascenseur
Mais l’euphorie n’aura qu’un temps ! En 1969-1970, VA, 18ème et dernier du championnat ne doit son salut qu’à la création d’une première division à 20 clubs, ce qui ne l’empêche pas de descendre à l’issue de la saison suivante.

A nouveau l’ascenseur, puisque dès 1972, VA, sous l’impulsion d’un jeune espoir, Didier SIX , évolue en première division, rechute en 1973 pour remonter en 1975, après avoir échoué en 1974 à l’issue d’un match de barrages scandaleux face au PSG de Daniel HECHTER. L’année 1979-1980 restera également dans les mémoires avec une victoire acquise dans le chaudron vert de Geoffroy Guichard 1-0 devant le St Etienne des Platini, Curkovic et Rocheteau. En 1981, VA est élu pour la seconde fois de son histoire par le magazine France Football meilleur club français pour sa politique de jeunes. VA se maintient parmi l’élite jusqu’en juin 1982 où sa 18ème place le condamne à disputer l’épreuve des barrages : Mulhouse, vainqueur 5-2 en Alsace, obtient le nul à Nungesser 1-1 et remplace VA en première division.

L’USVA devient l’USVAA
Dès lors, c’est la chute progressive au classement de D2, VA ne sauvant sa tête in extremis en 1985-1986 lors d’une ultime victoire 2-1 face à Sedan à Nungesser. Mais les problèmes financiers demeurent et le club est administré en 1986 par Colette GADEYNE, syndic, qui, après avoir tout tenté pour trouver un repreneur, s’adresse presque par hasard un matin de novembre 1986 à un jeune avocat d’affaires parisien. Le coup de cœur est immédiat et Jean-Louis BORLOO , par défi mais aussi par simple refus de la fatalité craque pour ce club au bord du gouffre : il devient aussi, en accédant à la présidence de VA, le plus jeune président d’un club professionnel en France. En février 1987, le Tribunal de Grande Instance de Valenciennes accepte le plan de reprise du club et l’USVA devient l’USVAA (comme Arrondissement) ; sur le terrain, Didier SIX, après de multiples périples au travers de l’Europe revient au club pour apporter son expérience au groupe dirigé par Léon DESMENEZ et Daniel LECLERCQ.

Les barrages puis l'accession
Coiffé lors de l’ultime minute du championnat par Rennes pour l’accession, deux fois barragiste malheureux face à Strasbourg et Lens, héros de la Coupe de France avec les gamins de Georges PEYROCHE qui éliminent successivement le PSG et Toulon avant de tomber avec les honneurs face à St Etienne, VA trouve la récompense de ses efforts en 1992 en devançant in extremis Angers pour l’accession en première division. C’est l’époque des GOHEL, REGIS, DUNCKER, GLASSMAN, BOSKOVIC, FOULON emmenés par Francis SMERECKI.

Le retour en première division tourne pourtant vite au cauchemar, tant sur le terrain qu’en coulisses avec la trop célèbre " affaire VA-OM ". Le club redescend en deuxième division après un match de barrages perdu devant l’AS Cannes de Luis FERNANDEZ, avant de vivre ses heures les plus noires : relégation sportive en National en 1994 malgré un quart de finale de Coupe de France perdu à Nantes 3-1, relégation administrative en CFA la saison suivante accompagnée du dépôt de bilan du club.

Création du VAFC
Le 1er avril 1996, sous l ‘impulsion de Bernard MOREAU et Jean-Claude BRIENNE, l’USVA devient officiellement le VAFC. Pour sa première saison en CFA, le club se classe 2ème de son championnat, distancé à la différence de buts particulière par Raon l’Etape et Boulogne. L’année suivante est celle de la remontée en National, accompagnée d’un titre de Champion de France amateurs et du titre du meilleur buteur de la division pour Michel SANCHEZ (26 buts). S’en suivent deux saisons en National, sous la conduite de Ludovic BATELLI, à l’issue desquelles VAFC se classe deux fois 5ème, après avoir frôlé l’accession la première année. Après une année difficile marquée par une rétrogradation en CFA, le VAFC, sous l'impulsion de Didier OLLE-NICOLLE retrouve fin 2002 le National ainsi qu'un ticket BORLOO - MOREAU à sa tête.

Du National à l'élite...
Pour son retour en National, le VAFC réussit une très belle saison, terminant à la sixième place, à seulement six points de Rouen, troisième et dernier promu en Ligue 2. A l’issue de la saison, Didier OLLE-NICOLLE est remplacé par Daniel LECLERCQ.
L'exercice 2003-2004 est un peu plus difficile. Dixièmes en championnat, les Rouge et Blanc se rattrapent en Coupe de France avec un seizième de finale mémorable face à l’AS Monaco à Nungesser (défaite aux pénalties, 0-0). Dès lors, une nouvelle aventure commence… avec également un nouveau président !


Double champion de France : une performance historique !


Alors que le club devient une SASP, c’est Francis DECOURRIERE qui en prend la tête. Côté sportif, le soleil brille à nouveau. En effet, sous les ordres du druide, le VAFC survole l’édition 2004-2005 du championnat de National et décroche le titre de champion (avec Steve SAVIDAN meilleur buteur du championnat, 19 buts).

Le retour en Ligue 2 entraîne l’arrivée d’un nouveau coach, Antoine KOMBOUARE. Logiquement, les ambitions sont mesurées, mais petit à petit, les bons résultats se succédant, on se met à rêver à une accession en Ligue 1. Ce que réaliseront au final Laurent DUFRESNE et ses coéquipiers puisqu’ils deviennent une nouvelle fois champions après une fin de championnat menée de main de maître (dans le sillage du meilleur buteur de Ligue 2… Steve SAVIDAN, avec 17 réalisations).
Deux montées d’affilée qui permettent donc à cette équipe de passer du National à la Ligue 1 en deux ans, fait rarissime (et même unique pour ce qui est des deux titres de suite) ! Aujourd’hui, le VAFC retrouve l’élite treize ans après l’avoir quittée. Un défi à la hauteur d’un groupe qui a d’ores et déjà marqué l’histoire du club.

Palmarès


Finaliste de la Coupe de France : 1951
Champion de France de 2ème Division : 1972
Vice-Champion de France de 2ème Division : 1935,1937,1962, 1992
Champion de France Amateurs : 1998
Champion de France National : 2005
Champion de France de Ligue 2 Orange : 2006

Effectif

  • Gardiens:
COQUE Stéphane
GRONDIN Willy
PENNETEAU Nicolas
  • Défenseurs:
SOMMEIL David (libre)
CHELLE Eric
DUCOURTIOUX David (Sedan)
MATER Rudy
OUADDOU Abdeslam
RIPPERT Guillaume
TRAORÉ Dame
TRAORÉ Mody
SILVESTRI Orlando
  • Milieux:
BEZZAZ Yassine
KHARROUBI Khaled
DOUMENG Geoffrey
ROCHA DO NASCIMENTO Jeovânio
ROUDET Sébastien
SAEZ José
SANCHEZ MORENO Carlos (River Plate Montevideo)
  • Attaquants:
AUDEL Johan (Lille)
DIA Tidiane
PUJOL Grégory (Sedan)
SAVIDAN Steve
  • Entraîneur:
Antoine KOMBOUARE






Calendrier, résultat, et classement (ébauche)


L'idée, c'est de faire un sous titre par journée de championnat, avec le calendrier et un tableau pour le classement. On peut faire ça au fur et à mesure de l'avancement, pas la peine de se précipiter. Voici la première journée pour l'exemple:

1ère journée, 4 août 2007


Caen 1 - 0 Nice
PSG 0 - 0 Sochaux
Le Mans 1 - 0 Metz
Lyon 2 - 0 Auxerre
Rennes 0 - 2 Nancy
Bordeaux 1 - 0 Lens
Lille 0 - 0 Lorient
Monaco 1 - 1 Saint Etienne
Strasbourg 0 - 0 Marseille
Valenciennes 3 - 1 Toulouse


Classement
Pos.ClubPtsVNDBpBcDiff.
1Valenciennes310031+2
2Lyon310020+2
-Nancy310020+2
4Bordeaux310010+1
-Caen310010+1
-Le Mans310010+1
7Monaco1010110
-Saint-Etienne1010110
9Lille1010000
-Lorient1010000
-Marseille1010000
-Paris1010000
-Sochaux1010000
-Strasbourg1010000
15Lens000101-1
-Metz000101-1
-Nice000101-1
18Toulouse000113-2
19Auxerre000102-2
-Rennes000102-2


* : Un match en re
Discussion sur cet article : 59 messages (Dernier message : 18/09/2007 - 19:59:21)