Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

L'enseignement supérieur et la recherche

Ce wiki a pour but de présenter les différents réformes de l'enseignement supérieur et sur la recherche. Il fera aussi office d'analyse des conditions étudiantes (logement, financement, travail, etc.)
[titre]Les réformes de l'enseignement supérieur et de la recherche (1999-2008)[/titre]

[soustitre][/soustitre]

[soustitre]1999-2000 : Déclaration de Bologne et Stratégie de Lisbonne[/soustitre]

Le 19 juin 1999, à Bologne, les 29 ministres européens de l'éducation signaient la Déclaration conjointe sur l'espace européen d'enseignement supérieur dans laquelle était annoncé le principe d'une « Europe de la connaissance et de la culture ».
Cette Europe ne serait que possible qu'en harmonisant le système d'enseignement au moyen du LMD (Licence, Master, Doctorat) et des crédits européens (ECTS). C'est le départ du « processus de Bologne ».
Moins d'un an plus tard, la réforme prend un tour radicalement différent : en mars 2000, le Conseil Européen de Lisbonne fixait l'objectif de « devenir d'ici à 2010 l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative de l'emploi et d'une plus grande cohésion sociale »

Sources en anglais: http://ec.europa.eu/archives/growthandjobs_2009/
Sources en français: http://www.touteleurope.eu/fr/action...roduction.html

[soustitre]2003: Mise en place du Système LMD (Licence, Master, Doctorat) et ECTS (European Credits Transfer System)[/soustitre]

En France, les cours deviennent semestrialisés et se transforment en « unité d'enseignement » (UE) auxquelles sont attribués un nombre de « crédit ECTS ». Ce système doit permettre aux étudiants de circuler plus facilement en Europe et d'éliminer les problèmes d'équivalence entre diplômes.
On supprime ainsi le DEUG (bac+ 2) et la Maîtrise (bac + 4) mais on conserve la sélection entre le M1 et le M2.


[soustitre]2006 : Le pacte pour le recherche[/soustitre]

[à modifier]


[soustitre]2007 : La LRU (Libertés et Responsabilités des Universités)[/soustitre]

La LRU est la loi permettant l'autonomie des universités.
Dans les faits, elle renforce les pouvoirs du président et du Conseil d'Administration (contrôle du budget, de l'embauche, des primes, de l'intéressement, des emprunts, prises de participations, créations de filiales, etc.). Dans les différentes conseils elle fait entrer des représentants du monde de l'entreprise, un « acteur du monde économique et social » et des élus locaux, au détriment de la démocratie universitaire: le nombre de représentants élus par les enseignements, administratifs et étudiants est réduit de moitié.
D'autre part, cette loin permet la création de « fondations » universitaires chargées de trouver les fonds nécessaires au fonctionnement de l'université. Les universitaires sont contraintes de recourir aux financements privés des entreprises. Parallèlement, l'autonomie financière gagnée par les universitaire s'accompagne d'un renforcement du contrôle d'État dans l'attribution et l'usage des crédits, qui se raréfient.

Cette réorganisation de l'université s'accompagne aussi d'une présélection des lycéens sur base de leur dossier scolaire. L'orientation des lycéens dépendra de l'avis d'un conseiller d'orientation ou d'un psychologue.

Les enseignants ne sont plus recrutés par leurs pairs mais par un « comité de sélection » dont la constitution dépendra entièrement de la décision du Président de l'université.

[titre]Les réformes de l'enseignement supérieur et de la recherche (2008-2011)[/titre]

[soustitre]Le « Plan Campus »[/soustitre]

Financé à hauteur de 5 milliards d'euros (dont 3 issues de la privatisation d'une partie d'EDF), le « Plan Campus » vise à créer 10 « pôles d'excellence » de renommée internationale. Les universités qui ne feront pas partie de ces pôles n'auront rien et seront confinées dans un rôle subalterne de formations courtes.

[soustitre]Le « Plan Réussite Licence »[/soustitre]

Censé combattre l'échec scolaire, ce plan rajoute des cours dits « fondamentaux » (informatiques, bases juridiques, etc.) qui n'ont pas forcément beaucoup de rapport avec la formation universitaire initialement choisie. Les études ne commencent donc réellement qu'en deuxième année.

De plus, le PRL prévoit de moduler le financement des universités en fonction du taux de réussite des étudiants et de leur insertion professionnelle.

[soustitre]La «mastérisation des concours»[/soustitre]

[à modifier]


[soustitre]Création du «contrat doctoral unique»[/soustitre]

[à modifier]


[soustitre]Réforme du statut des enseignants-chercheurs[/soustitre]

Un décret d'application de la loi LRU modifie celui de juin 1985 régissant le statut d'enseignant-chercheur. Il prévoit que les présidents d'universités modulent les heures d'enseignements. Si les enseignants ne publient plus assez, ils verront leurs heures d'enseignement augmenter.

[soustitre]2009-2010: Application du « LMD 2 »[/soustitre]

Quatre après le LMD 1, une nouvelle monture est mise en place.

En L1, les étudiants n'auront plus le droit de choisir une seule discipline mais devront choisir obligatoirement des « socles de matières » (exemple : sociologie/psychologie/philosophie). Ils ne pourront se spécialiser qu'en deuxième année.

[soustitre]2011: Le plan réussite en Licence 2.[/soustitre]

Ce plan vient compléter le premier volet et le LMD2. En effet, il prévoit l’élaboration, en partenariat avec l’APEC et le MEDEF, d’un « Guide de compétences » et la mise en place progressive du contrôle continu intégral au 1er et 2ème semestre dans toutes les formations.

[soustitre]2011: L'arrêté Licence[/soustitre]

L'arrêté licence, publié lors de l'été 2011 se situe dans la droite ligne de la loi LRU. Concrètement, cet arrêté jette les bases d'une réforme assez profonde de la licence avec comme modifications majeures : la généralisation des stages obligatoires à la fac, le minimum de 20h de cours par semaine (sans recrutements et aides pour les étudiants salariés), la compensation des notes semestrielles, l'évaluation du diplôme de licence à travers des compétences et non plus des connaissances, l'attribution (par le biais des Initiatives D'EXcellence) de l'argent en fonction de la "rentabilité d'une filière", un nouveau calendrier universitaire qui met les rattrapages en juin et des diplômes de licence de différente qualité au sein d'une même filière. Ces modifications majeures seront mises en place dès la rentrée 2012.

[titre]La recherche en France[/titre]

[à modifier et à compléter]

[titre]Les conditions de vie étudiante[/titre]

[à modifier et à compléter]
Discussion sur cet article : 39 messages (Dernier message : 5/05/2012 - 17:53:23)